Tout d'abord, un mot sur le tunnel routier

            Après 8 ans de travaux, des milliards engloutis et une ouverture maintes fois repoussée, l'inauguration du tunnel routier sous le Somport est prévue pour le 17 janvier 2003.

            Après les différentes catastrophes routières et les nouvelles normes de sécurité imposées par la communauté européenne, il a fallu revoir entièrement la conception de cet ouvrage (surcoût : 88 millions d'Euros pour la partie française)

            Afin d'assurer l'évacuation des usagers et l'acheminement des moyens de secours, il a fallu percer de nouvelles galeries de jonction entre le tunnel routier et le tunnel ferroviaire et créer de nouveaux refuges ainsi que des points de retournement.

            Le tunnel ferroviaire sera utilisé comme galerie de secours. Dans l'éventualité "probable" d'une réouverture de la ligne Oloron - Canfranc, il est prévu d'inclure les rails dans la chaussée, sur le principe des voies de port. Le système de ventilation a été modifié pour passer d'une capacité d'extraction de 80 mètres cubes à 120 mètres cubes.

            Pour obtenir l'autorisation d'exploitation, deux exercices de sécurité ont eu lieu en décembre 2002 :

            Le premier, en date du 05, consistait à simuler un accident entre un poids-lourd, un autocar et deux voitures particulières. Si les premiers secours (personnels de la société d'exploitation) sont arrivés rapidement sur place, les équipes de médecins ont mis 35 minutes, depuis la France, pour atteindre les lieux de l'accident. Il est vrai que là il y a eu de violentes bourrasques de neige et de grêle !!! Imprévisible pour un tunnel situé en montagne ?  D'autres problèmes sont apparus tels que les systèmes de radios et de téléphonies incompatibles entre les secours français et espagnols. Mais cela n'a pas semblé chagriner les autorités. Elles se sont même félicitées de la réussite de l'exercice.

            Le second, en date du 17, simulait un incendie mettant en cause plusieurs poids-lourds, deux autocars et des voitures. Il s'agissait de tester les systèmes de désenfumages et de remédier aux dysfonctionnements des transmissions. Une fois encore, les responsables ont été très satisfait du résultat. Il est vrai que ce jour là le temps était plus clément et que les secours venaient de Jaca en Espagne !!!

            Le tunnel sera donc ouvert, sans péage, aux véhicules particuliers, aux autocars et aux poids-lourds ne transportant pas de matières dangereuses. Ces derniers devront, pour quelques temps encore, utiliser le col du Somport.

            Mais le problème se situe dans la vallée d'Aspe où, malgré quelques aménagements de la nationale, rien n'est fait pour accueillir un nombre plus important de camions. Certains villages seront toujours traversés (Urdos, Bedous ...), l'étroitesse de la route (à Cette-Eygun en particulier) empêche toujours le croisement de deux camions. De nombreuses voix (dont certaines à n'en pas douter étaient favorables au tunnel)  s'élèvent pour dénoncer cette ouverture prématurée et relancent ainsi le débat sur la réouverture de la voie ferrée.

L'avenir de la ligne ferroviaire

Du coté espagnol

            Un atout est à prendre en considération, c'est la construction et l'ouverture prochaine d'une immense plate-forme multi-modale à Saragosse. En effet, grâce à sa situation géographique très favorable, proche à la fois de Madrid, Barcelone, Valence, Bilbao mais aussi de Toulouse et Bordeaux et du Portugal et de l'Afrique, l'arrivée prochaine de la ligne à grande vitesse (à écartement européens et mixte Fret et Voyageurs) Perpignan, Figueras  se prolongeant ensuite jusqu'à Madrid, l'amélioration et/ou la création de routes et autoroutes, la proximité de plusieurs aéroports feront de Saragosse une plate-forme Fret incontournable. D'où l'intérêt de réouvrir la ligne ferroviaire de Canfranc.

            En prévision de celle-ci, d'importants travaux de renouvellement de la voie ferrée sont actuellement en cours entre Saragosse et Huesca. Ils consistent en une réfection complète des systèmes de traction électrique, la mise en place de traverses à bi-écartement (espagnol et européens) et sur certains tronçons par la mise en place d'une voie à trois rails permettant ainsi la circulation de trains espagnols et/ou français.

            Un investissement important (86,8 millions d'Euros) permet la modernisation de la section Huesca - Canfranc. Il comprend la réhabilitation de la gare de Canfranc (travaux en cours)

            Il est également envisagé le percement d'un nouveau tunnel qui permettrait de raccourcir le trajet d'unt trentaine de kilomètres.

Du coté français

            35 millions d'euros sont inscrits au contrat de projet Etat-Région Aquitaine 2007-2013 pour le renouvellement de la voie entre Pau et Oloron. La Région Aquitaine à demandé à RFF (propriétaire de l'Infrastructure) la réouverture de la ligne jusqu'à Bedous (trafic Voyageurs et Fret). Le coût, estimé à 30 millions d'euros serait pris en charge par le Conseil Régional.

            De plus, au sud de Bedous, les travaux de la nationale ont été effectués de tels sorte qu'il est prévu le passage de la voie ferrée sous la route. (voir photos sur le site du CRELOC dans la page "liens)

           

Dernière mise à jour : le dimanche 04 novembre 2007